Mamadou Anne, Xalwa 3D - en quête de l'inconnue

Mamadou Anne

Mamadou Anne, ingénier d'aviation civil , ayant travaillé dans la SNIM et dans la Marine National il décide un jour de 1987 de tout quitter pour se dédier a plein temp à l'art.
Depuis il peint des énigmatiques tableaux ou légendes du fleuve et réflexions sur le monde cohabitent portant le spectateur dans une rêverie onirique.

Ramadan Moubarek, techniques mixte sur toile
zeinart présente le travail qu'il développe depuis février 2016, pour l'artiste cette série de tableaux ont a voir avec son parcours personnel et culturel.

Toute la négativité du monde m'interpelle' dit Mamadou, issue d'une génération que croyais que les années a venir amèneraient un monde meilleur et plus égalitaire, il voit le extrémisme, les clivages, le mouvement de peuples en fuite et la destruction de environnement comme des forces majeurs légués a les prochaines générations. 

Conscient d'un départ prochain, acceptant l'inachevé, Xalwa 3D (D en Wolof = la mort)
s'impose pour complémenter mon parcours pictural.
Dans ce chantier en quête de l'inconnue, c'est une rupture systématique par rapport aux formes usuelles et signaux connues.

 
respect nation animale, technique mixte sur toile

Ses tableaux entre le figurative et le symbolique sont mystérieux, chargés de peinture, lignes et lumière. La désagrégation est présent dans quelques de ses nouvelles toiles travers les couleurs et l'abstraction. Désagrégation, la sienne celle du monde d'aujourd'hui ?
Le message du peintre ce n'est pas négative il accepte son passage dans le monde et crois qu'une source d'équilibre est possible. 

atelier de l'artiste
 
Le partage de ce monde nous enseigne que l'unité est notre salut. Mamadou Anne 2017

Mohamed Salem, bijoutier. Residence et collaborations

Le mois de mars 2017 la photographe et créatrice Allemand, Désirée Trotha, est venue à Nouakchott lors de son exposition à zeinart. 
Dans le cadre d'un rencontre avec Mohamed Salem artisan/bijoutier ils ont passé trois jours a monter et démonter des collier, a mélanger perles et couleurs pour insuffler un vent de modernité aux compositions de Mohamed Salem tout en restant fidèle a son style.
Désirée Trotha et Mohamed Salem

argent 925 et perles semi précieuses
 
argent 925 et perles semi précieuses
argent 925 et perles semi précieuses

Fruit de la collaboration entre zeinart et Mohamed Salem la collection aziza, commence a voir le jour. Savoir traditionnel précieux lié a une esthétique épurée et contemporaine.

  Savoir faire perpétue de père en fils qui confère à chaque bijoux le charme de l'objet façonné à la main.

 
boucles argent 925

bracelets argent 925


bagues argent 925

Les collections de bijoux de Mohamed Salem font partie de nos expositions permanents à zeinart

Komla Eza, sculpteur Togolais

 
 photo Carley Petesch

Komla Eza est artiste multi facette, peintre, sculpteur, vidéaste, performeur, dessinateur, installeur, restaurateur d’œuvres et concepteur des projets architecturaux. Il traite de la problématique des grands enjeux mondiaux dans ses thématiques artistiques. Il s'est inspiré de l’art conceptuel pour sa démarche artistique. 


Eza a effectué plusieurs résidences artistique à Accra avec Nubuke Foundation, Arthaus et à Dakar avec Raw Material Company  . Des programmes d'études tels que Asiko et a étudié de près le travail d'artistes tels que Meshac Gaba, Georges Adeagbo, Jean Michel Basquiat, Keith Haring qui ont beaucoup influé sa pratique. 


Depuis 2 ans résidente à Dakar, Eza commence a récolter des tongs sur la plage de Yéne et a faire des sculptures d'animaux étranges et de silhouettes proches de l'abstrait, très colorées. un travail de recyclage que nous fais penser aux problèmes de environnement.Travail qu'il expose à zeinart a partir de vendredi 29 septembre 

visite des enfants du quartier
Komla Eza '' L’être humain a travaillé sur la terre, durement. Et, avant de s’en aller, il (dé) laisse ses sandalettes à tous vents. Pour moi, ces tongs symbolisent un combat quotidien, une marche vers la liberté ''

session de dessin avec les enfants du quartier
Baobab, diptyque, technique mixte sur papier
Bon homme, diptyque, technique mixte sur papier
mouvement technique mixte sur papier

Résidence: techniques du cuir à Atar

Atar, Mauritanie, rencontre entre Cécile Ndiaye,  artiste et désigner chez MIS WUDE et Fatimetou Abiyade, artisan du cuir.

Fatimetou et ses créations en cuir
Créations de Cécile Ndaye pour la Biennale de Dakar 2016

Une résidence de 1 semaine organisée par Zeinart qui a permis un échange de techniques et    d’expériences autour du cuir.


Les techniques du cuir en Mauritanie sont détenues et transmises par les femmes ce que nous a mis dans une ambiance très féminine en contraste avec l’expérience de l'atelier de MIS Wude à Dakar.



Une visite à Chinguetti, une ville situé à 100 km d'Atar. Ancien centre du commerce caravanier et ville sainte.  
Sylvette Cerisey nous accueille à La Gueila. Une trêve avec la chaleur torride d'Atar. Sa bibliothèque personnelle mise à la disposition des voyageurs est une source d'inspiration et découverte.

La Gueila, Chinguetti
  Découverte des anciennes bibliothèques et ses manuscrites. 

Bibliothèque de Seif Islam, manuscrites, mosquée
  Inspirations oasiennes.


Pour découvrir la résidence de Cécile en dessins visiter sketching in Mauritania

Collages par Birgitte Daddah

Avec Collages, l'artiste Danoise résident à Nouakchott,  Birgitte Daddah, nous présent une autre facette de son travail de création.
Connue pour ses tapisseries en soie, coton et broderie ou elle utilise la technique du cabin-log, ce travail de collage ou elle assemble des petites morceaux de tissue pour créer des tableaux est moins connue.
Inspirée des traditions de la miniature Persane et de l'Orient on découvre des personnages, des minarets et scènes de vie de la Mauritanie.
Birgitte utilise une palette de couleurs vives plein de textures due a sa choix et mélange de textiles. 
Vous pouvez découvrir ses tapisseries ici

détail, minarets, 2017


Bijouterie contemporaine et art africain traditionnel, mars 2017

argent et perles semi précieuses
pharmacie Dogon





















bois d'ébène et perles
Une double exposition ce mois de mars: de l'Allemagne, Désirée Trotha, photographe et passionné du Sahara. Du Cameroun, Nourdine, marchande d'art Africaine.

Désirée Trotha, expose  pour la deuxième fois à Nouakchott ses bijoux crées au Niger ou elle séjourne 6 mois dans l'année.
Ras de cou, sautoirs, bracelets en argent, bois d'ébène, perles semi- précieuses et perles de culture.
       
masque fang et bracelet bronze

Nourdine nous fera découvrir sa collection d'art africaine du Cameroun, Mali et d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest et Centrale.

Dogon, Bamiléké, Fang, des très belles pièces que par leur design trouvent une place dans la décoration d'une maison moderne.

Vernissage vendredi 24 mars 2017 à partir de 17h00

Mohamed Sidi ' Mauritanie en couleur '

Le nord atlantique, acrylique sur toile, 100X 140 cm
Mohamed Sidi, peintre autodidacte Mauritanien nous donne une vision de la Mauritanie riche en couleurs. Découpant ses images en mil morceaux et en utilisent une palette de couleurs illimité son travail caché une richesse de détails que ne sont pas apparents au premier regarde.

Du chameau du désert au berger du Sahel, des musiciens et danseuses de son pays à la boutique de Tevragh Zeina toute peut être pris comme sujet de ses tableaux, son imagination déborde dans la accumulation de détails que on découvre lentement en prennent le temps d'étudier ses tableaux.

Berger et ses vaches, acrylique sur toile 66 X80 cm

Travaillant depuis des années à la Maison des artistes c'est le travail de Brahim Fall, un des pionniers de la peinture Mauritanienne que va inspirer son style.

(Brahim Fall avait étudié à Thiés avec un des grandes peintres Sénégalais des années 70, Ibra Tall.)

Pour cette exposition Zeinart collabore avec la Maison des Artistes (Galerie Moctar Daddah) et le travail de Mohamed Sidi sera exposé dans les deux lieux le 11 mars 2017.

Neuf tableaux seront présentées à zeinart et 10 tableaux à la Maison des artistes à Ilot K.


musiciens et danseuses, acrylique sur toile, 100 X140 cm


Un marché de producteurs, créateurs et artisans aura lieu pendant la matinée dans le jardin de zeinart de 10h00 à 13h00.
  

Ibrahima Thiam, Portraits Vintage, 2014-2015


La photographie est quelque part, comme un miroir pour l’humain, et c’est encore vrai dans le cas du portrait.
Durant le 20
e siècle particulièrement, Saint louis a connu, à l’instar comme de quelques villes du Sénégal, une riche production photographique, dans les Studios-Photos de l’époque. .
Cette série de portraits titrée « Vintage », pour sa relation au passé, interroge la notion de souvenir, et même de réminiscence pour certaines générations. Elle est composée d’anciennes photos chargées d’histoire (s), d’émotion, et de temps-durée, qui peuvent inviter à un véritable voyage dans le passé.
Aujourd’hui, ces images constituent une archive visuelle pour toute l’humanité, donc mémorielle, et elles sont de sortes « d’objets-témoins ».
A mon propre niveau, elles captivent mon attention et me motivent pour leur donner une seconde vie, à travers une démarche artistique, de création.

Ces photos anciennes sont un pan non négligeable du patrimoine saint-louisien, sénégalais et africain. Dans ce travail précisément, j’essaie de combiner des photos d’archives à des images du présent.
Les personnages qui figurent brandissent des « Photos-vintage », reflet d’hier et dissimulant leurs visages. En fait, je veux inviter à revaloriser une forme d’anthologie : créer des images qui capturent le sujet dans son cadre actuel, avec des photos chargées d’histoires.
Une façon de mêler l’historique au moderne ... !
Cest une façon encore pour moi de rendre hommage à ce temps de la photo en Noir et Blanc, en regardant ce temps autrement.
Ces photos ont pour vocation de nous éclairer sur le rôle historique, social et spirituel de la photographie dans nos sociétés modernes.
Ibrahima Thiam 


Ibrahima sera en residence à L'Institut Français de Nouakchott du lundi 9 au samedi 21 janvier 2017.
Cette exposition est possible grâce à la collaboration de Zeinart avec l'IFM.

Le Marché des producteurs, créateurs et artisans

PK Sac, Coopérative féminine
Isselmou, artisan et commerçante
Katrien de Dar Salam
Danny et le sucrée et salée
Med Ahmed artisan du cuir
Corinne, bijoux et marque pages
Toogga, huiles, tisanes et savons
jouets en tissu wax et écharpes
Moussa et les fruits du sud, citrons, mangues et goyaves et Marie et les rillettes de chameaux
Miss Zeytoona et ses jouets et chaussures
Yacoub, artisan et commerçant
Alpha, artisan et commerçant touareg
Le marché des producteurs a fait la place pour quelques créateurs et artisans.
Deux fois par mois, les samedis matin,  rencontre dans le jardin. Parfois on trouve des oignons, parfois du poulet, un joli bijoux, un sac... toujours des gens souriants et une agréable matinée de rencontres et partage.